Saint-Philippe, l’apôtre

Saint-Philippe, l’apôtre

Situé, sur le grand cercle de l’année, à l’opposé de Saint-Philippe d’hiver orthodoxe fêtée le l4 novembre, est commémoré l’autre Philippe, l’apôtre.

La nuit de la Saint-Philippe est celle des merveilles: dans plusieurs régions d’Europe centrale, c’est la fête par excellence de la jeunesse célibataire : les garçons partent dans la forêt à la recherche des « mais ». Ce sont des épicéas de plusieurs mètres que l’on dresse devant la porte de la jeune fille élue en signe d’affection et ce signe équivaut à une déclaration d’amour publique. On enlève l’écorce de l’arbre sur une bonne partie du tronc et on orne le sommet de rubans rouges. Symbole phallique ou expression de l’énergie vitale, le « mai » reste, dans les traditions populaires, la preuve infaillible d’une demande en mariage. Si la jeune femme est consentante, elle offre au jeune amoureux un petit bouquet de fleurs.

PhilippeDans les traditions apocryphes et populaires, la morale et la foi de saint Philippe ont été éprouvées face à un dragon funeste et c’est à ce titre, peut-être, qu’il est l’annonciateur et l’acteur de l’épanouissement annuel de la nature. Voici sa légende: après avoir prêché vingt ans dans le pays brumeux des Scythes, il finit par déplaire aux puissants du jour et, pris en otage, il reçut l’ordre de sacrifier à une statue du dieu Mars Du piédestal de l’autel surgit alors un dragon qui tua les fils du pontife païen (les soldats qui tenaient l’apôtre) et qui, de son souffle infect, empoisonna plusieurs personnes de l’assistance. Les uns agonisaient dans la souffrance, les autres gisaient à terre, malades, et cette sorte d’infection se répandit rapidement dans toute la ville. Philippe demanda alors à la foule de briser la statue du dieu et de la remplacer par la croix du martyre afin de guérir les malades et de ressusciter les morts. Mais les malades criaient : « Fais-nous guérir et nous briserons l’emprise de Mars!». Bienveillant, Philippe ordonna au dragon de s’en aller dans le désert afin de ne plus nuire. Le monstre obéissant se retira et disparut pour toujours. L’apôtre guérit ensuite les malades, rendit la vie aux morts et ces miracles furent à l’origine d’une conversion massive des Scythes à la nouvelle foi.

La seconde étape de son action fut I’Asie, où il entreprit d’éteindre l’hérésie des Ébionites. Ses deux filles qui l’accompagnaient dans ses déplacements l’aidèrent à de très nombreuses conversions. Puis, à l’âge de quatre-vingt-sept ans, Philippe sentit sa fin venir. Il prêcha alors sept jours durant avec ferveur avant d’être pris et crucifié par les infidèles. Il trépassa ainsi, dans la béatitude du Seigneur, suivi de ses filles qui furent ensevelies l’une à sa droite et l’autre à sa gauche.

D’après lsidore de Séville, Philippe enseigna la parole de Jésus- Christ aux Gaulois ; il conduisit à la lumière de la connaissance et au havre de la foi les nations barbares voisines qui habitaient dans les ténèbres, sur les bords de l’Océan furieux. Il fut une source de lumière et sa contemplation céleste fit de lui un amoureux des choses supérieures.

 

A lire aussi : https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Archives/Documentation-catholique-n-2366/L-apotre-saint-Philippe-2013-04-16-945977

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.