Alexandre Lenoir et les Tombeaux des Rois de France

Alexandre Lenoir et les tombeaux des rois de France. On ne parle jamais de lui dans les manuels d’histoire scolaires, et pourtant sans lui, l’Histoire de France aurait un autre visage,   que de chef-d’œuvres perdus, une grande partie de notre histoire aurait été détruites par des hommes qui ont été manipulés dans le but de détruire ce que d’autres ne pouvaient pas posséder

Alexandre Lenoir (1761-1839) est un archéologue français dont la détermination permit de sauver de la destruction les tombeaux des Rois de France pendant la Révolution française.

Aborder ce personnage nous conduit tout naturellement à évoquer l’histoire de l’église des Petits-Augustins, aujourd’hui incluse dans l’Ecole Supérieure Nationale des Beaux-Arts (ENSBA). Une petite chapelle hexagonale y est d’abord fondée par l’épouse répudiée d’Henri IV, Marguerite de Valois, dite la reine Margot. En 1617, la reine Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII, pose la première pierre de l’église du couvent. Les moines en sont expulsés en 1791 et l’église est épargnée par les destructions fréquemment pratiquées sur les biens de l’Eglise.

Pendant la Révolution, Alexandre Lenoir a eu la bonne idée de se faire nommer par la Constituante conservateur des objets d’art provenant des Biens nationaux de l’Eglise. Le 1er aout 1793, on décrète la destruction des tombeaux des rois de France à la basilique Saint-Denis. Afin de lutter contre le vandalisme révolutionnaire, il fait déplacer les tombeaux et gisants dans l’église des Petits Augustins, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Outre les tombeaux et gisants des rois de France, Lenoir y fait entreposer d’autres œuvres majeures comme la chasse de Sainte-Geneviève, le tombeau de Mazarin par Coysevox ou le tombeau de Diane de Poitiers.

Mais curieusement c’est ce vandalisme révolutionnaire qui fait prendre conscience aux Français de la notion de « Patrimoine » commun à tous et de la nécessité de le conserver. L’abbé Grégoire (1750-1831), personnage majeur de la Révolution, défendra également cette cause.

En 1795, Alexandre Lenoir ouvre dans l’église des Petits Augustins le Musée des Monuments français, « historique et chronologique, où l’on retrouve tous les âges de la sculpture française ». Il en sera le conservateur pendant une trentaine d’année. En 1810, il fait notamment plaquer sur le pignon de l’église le portail de 22m de haut qui ornait l’entrée principale du château d’Anet (Eure-et-Loire), construit par Philibert Delorme. Ce portail, toujours en place aujourd’hui, est l’exemple même de superposition des trois ordres en architecture : ionique, dorique et corinthien sur des colonnes.

En 1815, Louis XVIII, devenu roi de France sous la Restauration, fait replacer les tombeaux royaux à la basilique Saint-Denis et restituer aux familles dépossédées leurs sépultures. Le reste des collections part au Louvre et au musée de Versailles. La même année, les bâtiments sont affectés à « l’École royale et spéciale des Beaux-Arts » qui va devenir l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.