Amédée VIII-19e comte de Savoie

Amédée VIII est devenu le 1er Duc de Savoie puis élu pape, Félix V

Amédée, fils du Comte Rouge et de Bonne de Berry, naquit au château de Chambéry le 4 septembre 1383. Il passa son enfance dans leur demeure de Ripaille. près de Thonon, choyé par sa mère et sa grand-mère qui lui transmirent leur goût pour les livres, la musique, les arts…

Comte de 1391 à 1418

Son père meurt quand il a 8 ans. Par testament, Amédée VII avait confié sa régence à la grand-mère du jeune comte. Bonne de Bourbon, plutôt qu’à sa mère. Odon de Thoire-Villars, fin diplomate des comtes Amédée VI et VII et ancien conseiller de Bonne de Bourbon, deviendra son gouverneur jusqu’à sa majorité (l4 ans).

Amédée-chateauLe 29 septembre i393, le jeune Amédée s’était rendu à Chalon-sur-Saône rencontrer sa future épouse, Marie de Bourgogne, fille de Philippe-le-Hardi. Son mariage avait été arrangé par son père et fut célébré à Tournus.

Dès 140i. Amédée VIII réalise le rêve de ses prédécesseurs en achetant – à Odon de Thoire-Villars qui en avait hérité de son neveu, Humbert, le Comté de Genevois, cette enclave à l’intérieur même des  Etats de Savoie. Il acquiert à la même époque le Valromey,  la Bresse et le Bugey.

À la tête d’un État considérablement agrandi, situé à une position de carrefour de l’Europe, le Comte rêvait d’un titre plus élevé. L’opportunité va se présenter en 1415 : Sigismond 1er, empereur du Saint-Empire Romain Germanique, qui avait entrepris de mettre fin au Schisme divisant l’Église, décida d‘aller rencontrer lui-même l’ami-pape à Avignon. Amédée VIII profita de son passage en Savoie pour aller l’accueillir à Genève, l’accompagner à travers son pays, embarquer avec lui sur le Rhône à Seyssel jusqu’à Lyon. Et il le sollicita pour qu’il lui octroie le titre de Duc.

Amédée-chateauAu retour de son voyage, début 1416, l’empereur passa par Chambéry. Et le l9 lévrier 1416, il érigeait le Comté de Savoie en Duché souverain, le plaçant ainsi au rang des autres États européens. L’événement lut célébré au château de Chambéry par des fêtes fastueuses. On aime à rappeler le luxe déployé lors des banquets et surtout l’immense gâteau qui représentait, en relief, la carte géographique du nouveau Duché. Le cuisinier d’Amédée VIII, Maître Chiquart, est passé à la postérité.

Duc de 1416 à 1439

Amédée VIII se révéla un pacificateur et un législateur. Il participa activement aux trêves conclues entre les « Armagnac » et les «Bourguignon »  (sa grand-mère était la sœur du duc de Bourbon, sa mère, la fille du duc de Berry, et sa femme, la fille du duc de Bourgogne). Cela explique pourquoi il a toujours cherché à rendre sa Cour si brillante : musiciens, peintres, école de miniaturistes à Thonon…

Amédée-SavoieAprès la mort sans héritier de Louis d’Achaie (dernier prince de la branche des Savoie-Achaie en Piémont). Amédée VIII fait proclamer à Turin le rattachement du Piémont au Duché de Savoie, le 1er janvier 1419

De médiations en médiations, il contribua à l’achèvement de la Guerre de Cent ans et à la Paix d’Arras (1435). Il envoya ses soldats se battre contre les Anglais à Azincourt aux côtés des Français. Après le Traité de Troyes, il occupera le Diois et le Valentinois durant 24 ans. Il acquiert aussi la vallée d’Ossola, située en bas du col du Simplon.

Comme législateur. Amédée VIII transforma le Conseil souverain de Chambéry en Conseil-Résident. Le chancelier était le second personnage de I’Etat. Il nomma des Juges-Mages dans chaque Province.

Son œuvre magistrale fut l’établissement d’un Code de loi, les Statuts de Savoie, Statua Sabaudia », rédigés en latin et publiés à Chambéry en l430. Ils comprenaient 5 Livres traitant de foi catholique et du culte, de l’organisation de la société savoyarde, avec réglementation des métiers et salaires, des droits sur les Actes, des lois somptuaires, liant la tenue vestimentaire au rang social

Il confirma l’institution de l’ « avocat des pauvres ».

Profondément marqué par le « Jugement de Dieu » auquel il avait assisté à 14 ans à Bourg-en-Bresse, entre Otton de Grandson et Gérald d’Estavayer, il abolit le duel judiciaire.

Il perfectionna le système monétaire, encouragea l’industrie et le commerce.

Dans le Comté de Nice, il développa le port tout proche de Villefranche, afin de faciliter le commerce mais aussi pour en faire un port de guerre, faisant fabriquer ses galères savoyardes dans l’arsenal de Nice.

En Méditerranée, il s’intéressa à l’île de Chypre et négocia le mariage d’Anne de Lusignan avec son fils Louis.

Au château de Chambéry, il fit ajouter la Tour dite  « des Archives », et entreprendre la construction d’une nouvelle chapelle de style gothique flamboyant, la future « Sainte-Chapelle ».

Il fit restaurer le château d’Annecy, en partie détruit par deux incendies, notamment, le « Vieux

Logis » et la Tour St-Pierre actuelle. Il aimait venir y séjourner, ainsi qu’au château de Rumilly.

Il fonde un prieuré sur le Domaine de Ripaille et y installe des chanoines Augustins suivant la règle de l’abbaye de Saint-Maurice-d’Agaune.

À Thonon, il décida la construction d’un nouveau pont sur la Dranse,  de plus de 300 m. de long et comprenant plus de 20 arches ! Il décréta que les routes devaient avoir 2.50 m. de large dans les lignes droites et le double dans les virages.

En 1422, son épouse bien-aimée mourait au  château de Thonon. Après avoir été provisoirement inhumée à Ripaille, elle fut solennellement transférée à Haute-combe en 1423.

Un autre deuil allait le frapper : celui de son fils aîné, qu’il considérait comme son successeur ; il l’avait nommé prince de Piémont en 1424. Amédée mourut en pleine force de l’âge, à I9 ans. en 1431.

Amédée VIII envisage de se retirer du monde. Il commence par faire bâtir à Ripaille un ermitage. Ce magnifique bâtiment construit tout en longueur, comprenait sept logements indépendants possédant chacun un escalier inséré dans une tour et un jardin sur le devant.

Après plus de 40 ans de règne, Amédée VIII délègue à son fils Louis la charge de gouverner en le nommant lieutenant-général. Louis choisira de résider au château de Thonon. Son autre fils, Philippe devient comte de Genève.

Amédée va se retirer à Ripaille en 1434, avec six compagnons, anciens hauts personnages de l’État, veufs comme lui, ou célibataires. Il institue  l’Ordre- de- St-Maurice, du nom du saint patron de la Savoie, Ordre à la fois religieux et militaire, et les fait chevaliers

Mais il n’avait pas abdiqué pour autant, sa retraite fut aussi pieuse, que studieuse : il conservait l’autorité  souveraine sur son duché.

Pape de 1439 à 1449

Amédée-pape-Felix-VEn I439, une délégation envoyée  par le concile de Bâle vient lui apprendre son élection à la papauté, en raison de « sa puissance réunie à la vert ». L’Église catholique était alors en plein Grand schisme d‘Occident : il y avait deux papes, l’un à Rome, et l’autre à Avignon.

Il refuse ; puis, emporté par son désir de ramener la paix dans l’Église catholique en y apportant les réformes nécessaires, il accepte. Il prend le nom du saint du jour, Félix et deviendra le Pape Félix V.

Amédée-delegationIl abdique alors en faveur de son fils, qui devient le Duc Louis ler, le 6 janvier I440.

Il va résider à Bâle durant trois ans ; puis il fait transférer le Concile à Lausanne.

En réalité, Félix V était un anti-pape. Il ne réussit pas à s’imposer. Après de graves  difficultés et de vaines tractations, il renonce à la papauté en 1449, et revient à Ripaille, en conservant les titres de cardinal et d’évêque de Genève et de Lausanne.

Il mourra l8 mois plus tard, le 7 janvier 1451 d’une crise cardiaque, à Genève.

Son corps lut alors ramené à Ripaille pour être inhumé dans la chapelle. En 1539, son tombeau sera détruit lors de l’invasion bernoise. Une famille d’Évian aurait réussi à recueillir ses ossements et à les conserver. Ils purent ainsi être transférés plus tard à la cathédrale de Turin, par le duc Emmanuel-Philibert, puis dans la chapelle du St-Suaire, où le roi Charles-Albert lui fit élever un nouveau tombeau.

Amédée VIII et Marie de Savoie eurent six enfants :

Marie, qui épousa Philippe Visconti, duc de Milan, en lui amenant Verceil ; Amédée. Prince de Piémont, mort à I9 ans ; Louis, qui épousera Anne de Chypre et lui succédera sous le nom de Louis1er; Bonne, décédée alors qu’elle était fiancée à François de Bretagne ; Marguerite, mariée l°/ à Louis III de Sicile. 2’°/ à Louis IV de Bavière. 3°/ à Ulrich de Wurtemberg ; Philippe, comte de Genevois.

Source : l’almanach savoyard 2009

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.