Araignée d’eau ou argyronète

Qui croirait que ce petit être velu et peu attirant (agrandi 10 fois sur notre image) est un des animaux les plus entreprenant qui soient ? Sa personnalité est à la fois riche et singulière au point de lui faire renier sa propre nature. L’araignée d’eau ou argyronète, est un animal possédant toutes les qualités physiques nécessaires à la vie sur la terre ferme. Ses poumons sont faits pour respirer l’oxygène de l’air, ses pattes pour courir, toute sa conformation la prédestine à ce milieu.

Et pourtant, voici que notre rebelle suit un instinct obscur ; elle s’adapte et s’installe dans l’élément liquide, et notre héroïne demande railleusement aux incrédules : « Vous dites que je n’ai pas de branchies pour respirer comme les poissons ? Eh bien, moi, l’air, je le prends à la surface et je l’emporte en bas. »

Sitôt dit, sitôt fait, cette amoureuse de sport devient scaphandrier et ingénieur hydraulicien : elle invente une cloche pneumatique qu’elle tisse à l’aide du fil de soie que son abdomen dévide. Cette cloche à quelques centimètres sous l’eau de l’étang, c’est sa petite maison.

L’argyronète est la seule araignée qui vit sous l’eau… ce tisserand tient tête vaillamment à tous ses agresseurs.

Notre petite araignée s’immerge. Le lieu est propice, et le tissage de filament que produit son abdomen va former, entre deux tiges, une plate-forme soyeuse.

2Puis, c’est un va-et-vient continuel entre le fond de l’eau et la surface. Les bulles d’air que l’araignée ramène sont déposées sous le parachute qui va se gonfler peu à peu.

3De son petit château d’air, l’argyronète ne sort que pour faire ses provisions d’oxygène ou pour chasser les proies qu’elle amène dans son nid pour les mieux dévorer.

4C’est au printemps que l’araignée se marie. Un mâle amoureux a construit une cloche à plongeur près de sa belle. On peut la garder en captivité mais il vaut mieux ne pas mettre plusieurs sujet ensemble car ils ont tendance à se dévorer.

5Bientôt les petits naîtront. La maman attentionnée construit une nouvelle cloche à deux étages destinée à sa progéniture ; on vit déjà les œufs.

6Pour passer l’hiver en léthargie, toutes les argyronètes se blottissent sous leur cloche. Les plus frileuses cherchent une coquille d’escargot vide. En voici une qui ferme sa nouvelle maison d’un voile de soie.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.