La mésange Rémiz

A peine le soleil point-il à l’horizon, que la mésange Rémiz est debout pour saluer le jour nouveau ; c’est un petit oiseau tout en voix et en plumes que l’on remarque à cause d’un petit loup noir bien collé sur ses yeux vifs. La sérénade de notre sympathique ménestrel ailé est classique : il se gonfle et regarde autour de lui, il relève sa petite tête grise, comme pour vérifier que le publique le regarde, et puis, il entonne sa chansonnette : sarabande piquante, En lire plus...

La moufette ou skons

Si
tous les mustélidés ont la réputation de sentir plus ou moins mauvais, la
moufette américaine et sa cousine africaine, la zorille, battent sans contredit
tous les records de puanteur.

Le
continent américain abrite 3 espèces de moufettes. La moufette commune
(Mephitis mephitis), ou skunks rayé, est, comme son nom l’indique, la plus
répandue. On la trouve au sud du Canada et dans tous le nord des Etats-Unis. La
petite moufette En lire plus...

Nandinie la moins carnivore des végétariennes

La nandinie
(Nandinia binotata) ou « civette palmiste africaine » est le chef de
file du groupe des Paradoxurinés.  C’est
un des plus anciens Viverridés de l’Ancien Monde et le plus arboricole des
Carnivores africains. C’est un plantigrade aux griffes non rétractiles. La
plante du pied est large, dépourvue de poil, et découpées en pelotes par de nombreux
sillons. Pour grimper, elle oppose son pouce à ses autres doigts. Sa En lire plus...

Protée le Yougoslave

Vous
souvenez-vous de l’histoire de Peter Pan, cet enfant extraordinaire qui
refusait de grandir ? Eh bien, il existe dans le règne animal une petite
créature d e25 cm à peine, le protée, qui réalise une partie de cette
légende : à l’état adulte, le protée conserve des caractères de larve, ses
branchies rouge vif. Le protée vit dans le monde mystérieux des cavernes. Avec
sa tête triangulaire, son corps cylindrique, revêtu d’une En lire plus...

L’Ecrevisse aux dix pattes

« Rouge
comme une écrevisse », dit-on. Mais, est-elle si rouge ? En vérité,
notre crustacé –vous plaisantez, ce n’est pas un poisson – prendra cette
couleur seulement dans la casserole, en cuisant ; ainsi, il aura fière
allure pour paraître sur la table des gourmets qui raffolent de sa chair
succulente. On dit aussi de quelqu’un qui va à reculons : « Il marche
comme une écrevisse. » Mais, ne vous En lire plus...

Le dytique

Il y a un
gros insecte aquatique appelé le dytique qui se comporte presque comme les
parachutistes et les hommes-grenouilles américains qu’on lance des hélicoptères
pour poser des flotteurs aux capsules spatiales tombées en mer. Pourvu d’ailes robustes
qui lui permettent de voler aisément, notre dytique plonge dans l’eau de
l’étang, venant directement du ciel. Pour respirer sous l’eau, il traîne
derrière lui une petite bulle d’air, En lire plus...

Musang ou civette des palmiers

Le
Musang (paradoxurus hermaphroditius), ou Civette des palmiers, est un animal
nocturne, bien adapté à la vie arboricole grâce à sa longue queue préhensile et
ses pattes courtes et larges, munies de 5 doigts aux griffes partiellement
rétractiles. Ses tarses dénudés sont semés de verrues et il est
semi-plantigrade. Sa denture comporte 40 dents, courtes et tronquées. La poche
à parfum se présente comme un pli de peau longitudinal et dénudé, qui En lire plus...

La famille des Mustélidés

La
famille des Mustélidés, à peine moins riche en espèces et en formes que celle
des Viverridés, est une des plus difficiles à décrire, car les carnivores qui
la composent ayant des caractères morphologiques très variables, surtout en ce
qui concerne les pattes et la denture. Elle comprend surtout des animaux de
taille petite ou moyenne, dotés d’un corps allongé, porté par des pattes
courtes, pourvues de pieds à 4 ou 5 doigts, aux griffes En lire plus...

Le putois une si jolie frimousse

Le
putois (Mustela putorius) peut être considéré comme le chef de file du
genre mustela, avec son corps  très allongé, ses pattes courtes, ses longs
doigts, son crâne plat, ses petits yeux vifs, sa queue bien fournie et sa
fourrure lisse, dense et soyeuse. Il mesure 55 cm de long, dont 15 cm de queue.
Les mustélidés du genre mustela se distinguent du genre martres (martre, En lire plus...

La Ranatre linéaire

Un
même paysage change selon les différents points de vue et permet ainsi des
commentaires variés. Examinons un étang : il nous semble triste et
monotone : « Quel ennui, il n’y a pas un souffle de vie
ici ! » Mais le même étang évoque d’autres pensées à la ranatre
linéaire. Elle y vit en permanence et elle pense : « En bas, la vie
est devenue bien difficile…, cela ne tourne plus rond ; nous En lire plus...