La famille des Mustélidés

La
famille des Mustélidés, à peine moins riche en espèces et en formes que celle
des Viverridés, est une des plus difficiles à décrire, car les carnivores qui
la composent ayant des caractères morphologiques très variables, surtout en ce
qui concerne les pattes et la denture. Elle comprend surtout des animaux de
taille petite ou moyenne, dotés d’un corps allongé, porté par des pattes
courtes, pourvues de pieds à 4 ou 5 doigts, aux griffes En lire plus...

Le putois une si jolie frimousse

Le
putois (Mustela putorius) peut être considéré comme le chef de file du
genre mustela, avec son corps  très allongé, ses pattes courtes, ses longs
doigts, son crâne plat, ses petits yeux vifs, sa queue bien fournie et sa
fourrure lisse, dense et soyeuse. Il mesure 55 cm de long, dont 15 cm de queue.
Les mustélidés du genre mustela se distinguent du genre martres (martre, En lire plus...

La Ranatre linéaire

Un
même paysage change selon les différents points de vue et permet ainsi des
commentaires variés. Examinons un étang : il nous semble triste et
monotone : « Quel ennui, il n’y a pas un souffle de vie
ici ! » Mais le même étang évoque d’autres pensées à la ranatre
linéaire. Elle y vit en permanence et elle pense : « En bas, la vie
est devenue bien difficile…, cela ne tourne plus rond ; nous En lire plus...

Le ratel

Le
ratel
a en général la silhouette massive et trapue du blaireau. Il peut mesurer
90 cm de long, y compris une très courte queue. Il a 32 dents et de petites
oreilles peu apparentes. Les pattes sont courtes et robustes, pourvues de
griffes puissantes, surtout les antérieures, visiblement faites pour creuser.
Les poils sont longs et rêches. Le dessus de la tête et toute la partie
supérieure du En lire plus...

Le Desman russe

A première
vue, ce mammifère bizarre et étrange (il vit seulement dans le bassin de la
Volga, de Dniepr et du Don) ne vous sera pas sympathique ; mais vous
aimeriez faire sa connaissance très certainement. Le desman appartient à la
faune la plus ancienne de notre monde ; depuis des millénaires, il garde
intacte les nombreuses anomalies dont mère Nature l’a pourvu. En fait, ces
caractéristiques sont apparemment contradictoires. Les pattes En lire plus...

Le saumon sauteur

Supposez
qu’on fonde le club des poissons volants : l’emblème en serait un saumon
faisant un bond spectaculaire au-dessous des chutes d’eau d’une cascade. On
peut définir ce prodigieux poisson comme un champion de la volonté et de l’endurance :
il va et vient à travers l’océan, remonte dans la montagne jusqu’à ses eaux
natales, car il veut mettre au monde ses enfants là où il est né. Notre héros
est un magnifique poisson En lire plus...

Le crapaud sonneur

La nature a pensé à tout et tout être vivant, démesurément grand ou minuscule, a été pourvu de caractères précis qui le protègent des périls du milieu ambiant. 

Quand vint le tour du sonneur, petit crapaud pas plus grand que le doigt, la Nature s’est dit : « Tu auras le ventre jaune, et c’est ainsi que tu effraieras tes ennemis. » Et, depuis ce jour, notre batracien, doté d’une grosse voix de basse qui lance des gémissements plaintifs, mont son petit ventre En lire plus...

La civette gourmande d’Afrique

La civette
d’Afrique (Civettictis civetta) est
un Viverridé d’un mètre de long, dont 30 cm pour la queue. Cette dernière est
caractéristique. Non cylindrique, elle s’achève en pinceau. La tête ronde, très
petite, se terminer par un museau allongé. Les oreilles sont pointues, les yeux
obliques, la pupille  ronde. Le corps est
moins fluet que celui des autres Viverridés. Les pattes sont  moyennement longues. La Civette est
En lire plus...

Le cincle plongeur ou merle aquatique

Il
arrive de voir, sur le bord d’un ruisseau ou d’une rivière, parmi les cailloux
affleurant l’eau, un oiseau noirâtre sautillant, vif et alerte. C’est un cincle
plongeur ou merle aquatique, champion de natation et premier prix de plongée
des froids torrents de montagne.

Eh
oui, tandis que son « cousin », le merle ordinaire, ne se baigne que
pour se rafraîchir, lui, comme son nom l’indique, tire de l’eau sa subsistance,
En lire plus...

Silure le vorace

Une
tête énorme, aplatie et massive ; une bouche large comme celle d’un crapaud,
surmontée de deux gigantesques moustaches à faire pâlir d’envie un vieux
soudard, un corps épais et gluant qui atteint et dépasse parfois 2 m :
voilà les caractéristiques du silure d’Europe. Ce poisson gigantesque, le plus
lourd des habitants d’eau douce (il pèse jusqu’à 200 kilo) vit surtout dans les
affluents du Danube ; mais on le trouve En lire plus...