Clément VII contre les luthériens

Le
vaste mouvement de la réforme qui va induire au XVIe siècle la plus
grande révolution européenne depuis les invasions barbares, puisque la moitié
de l’Europe va changer de religion, a essentiellement des visées théologiques
de réévaluation de la doctrine chrétienne afin de la libérer, de la débarrasser
de tous les apports historiques. En effet, pendant quinze siècles les docteurs
de l’Eglise ont interprété, commenté, glosé En lire plus...

Origines du catharisme

Reconstituer l’arbre généalogique du catharisme n’est pas simple car le nom d’autres mouvement spirituels  vient aussitôt à l’esprit ; or, l’intrication des uns avec les autres est telle qu’on ne peut réellement décider avec certitude d’une antériorité ici plutôt que là. C’est le cas, par exemple, avec le bogomilisme. Il conviendra donc mieux de parler d’influences mutuelles ; C’est vers le milieu du Xe siècle qu’un prêtre nommé Bogomil prêcha En lire plus...

Quand les animaux partent à la guerre

Sous
toutes les latitudes et de tout temps, les animaux ont été domestiqués pour
servir dans les armées du monde entier. Pigeons, dauphins, chevaux, chiens,
éléphants, moustiques et chauves-souris se transforment alors en bombardiers,
démineurs ou transports de troupes. Martin Monestier vient de publier la
première étude exhaustive sur ces animaux-soldats *.

HISTORIA:
A vous lire on voit, une fois de plus, que le chien est toujours et En lire plus...

Brève histoire de la calligraphie

Brève histoire de la calligraphie 

L’homme apprit à dessiner longtemps avant d’apprendre à écrire, et c’est ce qui explique l’importance de l’expression artistique dans la calligraphie moderne. Comme toute écriture, la calligraphie tire son origine des anciens dessins sur le roc et de la pictographie primitive. Les Egyptiens créèrent d’abord un système de représentation des mots avec leurs hiéroglyphes. L’écriture phonétique ou la En lire plus...

Inuits : les nomades du froid

Venus
du Canada et de l’Alaska, il y a plus de quatre mille ans, les Esquimaux se
sont adaptés à une nature invivable.

Vers 2500 av. J.-C.,
des tribus indiennes chasseuses de caribous se sont mises en mouvement depuis
l’intérieur du Canada : à l’ouest, vers l’Alaska ; à l’est, vers le
Groenland. Là, sur cette terre vierge, deux voies se sont offertes à
elles : la première, la « route du bœuf En lire plus...

Groenland terre rêvée des Vikings

Erik
le Rouge, un forban banni d’Islande, aborde vers l’an mil des fjords
poissonneux et des forêts giboyeuses. Il va bâtir le Groenland pour cinq
siècles.

Le
destin des Vikings au Groenland est un iceberg d’hypothèses dérivant dans un
brouillard de suppositions. Deux récits épiques, le « Dit des
Groenlandais » et la « Saga d’Erik le Rouge », écrits en Islande
deux siècles après les hauts faits qu’ils En lire plus...

Babylone la mythique

Ce
13 juin 323 avant J.-C., à Babylone, Alexandre le Grand est emporté par la
malaria. Le jeune roi est alors au faîte de sa gloire, maître d’un Empire qui
s’étend entre Grèce, Egypte et Indes. En son centre, la Mésopotamie – la terre
« entre les fleuves », Tigre et Euphrate -, qui vit naître les
premières Cités-Etats et l’écriture. Comme ses contemporains, Alexandre est
fasciné par l’antique cité, fondée au En lire plus...

Les druides du XXIe siècle

Druides et néodruides : le
mot « druide » renvoie à un personnage (homme ou femme) vivant
dans une communauté indo-européenne dans l’Europe médiévale.  Les fonctions du druide, étymologiquement “le
très savant” étaient très étendues : à la fois prêtre, juriste, professeur,
décideur, conseiller du roi avec lequel il dirige la communauté et bien
d’autres fonctions encore.

Ceux que l’on appelle aujourd’hui
En lire plus...

Ys la ville engloutie Légende bretonne

Gradlon le Grand, roi de Cornouailles armoricaine, dormait profondément. Et nul n’aurait osé troubler son royal sommeil. A son cou brillait la clef qui ouvre les digues de la cité entourée d’eau. Dehors, la ville d’Ys, elle, ne dormait pas : elle bouillonnait. Au grand désespoir de Gradlon et de l’évêque Gwénolé, Ys n’était qu’une ville de débauches et de plaisirs, conduite par la fille du roi en personne, Dahut, dont on raconte qu’elle précipitait ses amants du haut En lire plus...

L’Evolution de la cathédrale

Le
bâtiment « cathédrale » existe bien avant le XVIIe siècle
où le mot français apparaît. Le concile de Tarragone en 516 évoque l’église
cathédrale (ecclesia cathedralis) ; hors d’Espagne, on parle plus
couramment de l’église majeure (la « major », ecclesia major) ou
l’église-mère (ecclesia mater), pour marquer sa dignité prééminente et le lien
de filiation entre elle et les autres églises dans En lire plus...