Ce que l’on réprime, s’imprime.

Un poème bien court, qui ressemble plus à une méditation, quelques mots jetés comme ça… qui nous font réfléchir

Ce que l’on réprime, s’imprime.

Ce à quoi l’on résiste, persiste.

Ce qui m’affecte, m’infecte.

Ce que l’on fuit, nous poursuit.

 

En revanche, heureusement.

Ce à quoi l’on fait face, s’efface.

Ce que l’on visualise, se matérialise.

Et ce que l’on bénit, nous ravit.

Bianca Gaïa

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.