Colocataires qui paie l’assurance ?

Etre colocataires inclut des obligations et en premier lieu (après le paiement du loyer, bien sûr) celle de prendre une assurance multirisque habitation (MRH) qui est obligatoire. Son absence peut être un motif de rupture de bail car elle couvre à minima les dommages et préjudices que les colocataires pourraient causer au logement et aux tiers. Elle inclut aussi la responsabilité civile (RC) vie privée du souscripteur. Et, en général, sont assurés également les biens des colocataires en cas de dégâts des eaux, d’incendies, de vol…et pourquoi pas, de tremblements de terre !!! Selon la région de résidence, prévoir aussi dans cette assurance les risques contre les intempéries (Grêle qui peut briser les vitres, inondations).

colocataires

colocataires

Quand les colocataires sont des étudiants, il y a des risques d’arrivés, de départs, en cours d’année, dans ce cas-là, le contrat MRH peut être établi avec un souscripteur principal pour l’ensemble de l’habitation et parallèlement une annexe qui liste les noms des autres colocataires. Et à chaque changement le responsable appelle son agent d’assurance et fait modifier la liste. La prime d’assurance sera réglée dans son intégrité par le souscripteur à sa charge de se faire payer par les autres colocataires la part leur incombant.  Celui serait avisé de préciser dès le départ qu’en cas de départ, leur part d’assurance ne leur serait pas remboursée, cela évitera des comptes d’apothicaires…

Il est aussi possible d’avoir un seul contrat pour l’ensemble des colocataires. Dans ce cas-là le contrat est composé au nom de tous les colocataires. S’il survient des changements dans le contrat tous les co-souscripteurs devront donner leur accord. Ce type de contrat devrait être réservé de préférence aux petites locations stables de jeunes actifs, par exemple.

colocataires

colocataires

Il existe une autre option : un contrat par chambre et par colocataire. Dans ce cas-là, il vaut mieux signer avec la même compagnie d’assurance. C’est une solution souvent adoptée par un propriétaire qui loue des chambres à des étudiants, les parties communes restant sur le contrat du propriétaire s’il vit dans l’appartement avec les colocataires. Mais s’il loue la totalité de son appartement, il est évident que les parties communes doivent être réparties dans chaque contrat

Attention !!! Soyez attentif à la définition de « tiers » décrite dans le contrat. Car si les colocataires ne sont pas assimilés à des tiers et que l’un détériore ou casse quelque chose appartenant à un autre colocataire, l’assurance peut refuser de le dédommager. Il est donc plus prudent de demander, s’il le faut une extension de garanties pour les colocataires soient bien identifiés en tant que tiers. Chaque colocataire se doit de détailler l’ensemble de ses biens personnels et éventuellement  de signaler tout changement à l’assureur (par lettre recommandée de préférence, pour être couvert en cas de dommage.

Et souvenez-vous l’assurance coûte toujours plus cher…avant !

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.