Comment et quand utiliser l’argile

A faire chaque matin :  L’argile peut être consommée pour répondre à un problème ponctuel, un trouble digestif par exemple. Mais quand les troubles sont chroniques et que les fonctions biologiques ont besoin d’être réharmonisées, une cure s’impose. Elle consiste à boire un verre d’eau argileuse de préférence le matin au réveil durant trois semaines.

argile en poudre

Quand faire une cure ? : En cure détox : une cure peut se faire à tout moment, mais le début du printemps est un moment privilégié pour nettoyer et drainer l’organisme en profondeur. En cas de reflux et d’acidité gastrique : le pouvoir couvrant de l’argile est excellent pour protéger les muqueuses. L’argile calme l’inflammation, apaise la douleur et délivre des minéraux alcalins qui contrent l’excès d’acidité. Pour combattre un ver intestinal : grâce à ses propriétés vermifuges, l’argile favorise l’expulsion des parasites. Si vous souffrez de ballonnements : l’argile réduit les fermentations et capte les gaz. En cas d’infection : par son pouvoir adsorbant des virus et des bactéries, toute infection peut bénéficier pleinement des effets positifs de l’argile. Quand vous êtes fatigué : l’argile stimule l’énergie vitale, elle revitalise et corrige les états de fatigue.  En cas d’anémie : l’argile purifie le sang et active la coagulation. En complément d’une alimentation adéquate, elle a des effets positifs sur la numération globulaire. Contre la dermatose : tous les problèmes de peau se traitent aussi de l’intérieur et les propriétés anti-inflammatoires et drainantes de l’argile sont souveraines en cas d’eczéma, d’acné, de psoriasis ou de toute éruption. Lors d’une convalescence : faire appel aux propriétés revitalisantes et énergisantes de l’argile permet de recouvrer plus rapidement un état de santé.

Mode d’emploi : privilégiez une argile verte illite en poudre et ultra-ventilée (grains les plus fins) ou surfine (grains un peu plus gros). L’argile doit être pure et cela doit être mentionné sur l’étiquette : argile 100%. Préparez votre eau argileuse la veille au soir pour la laisser décanter la nuit (si vous êtes sujet à la constipation, préférez la prendre le soir, donc préparez le matin pour laisser décanter toute la journée). N’utilisez jamais d’ustensile en métal, prenez une cuillère en bois et un verre aux parois épaisses (l’argile a une telle puissance qu’elle peut briser les verres fins). Versez en pluie une à deux cuillerées à café d’argile dans un verre d’eau de source. Ne remuez pas, laisser l’argile se déposer peu à peu. Le matin, au réveil, laissez le dépôt d’argile au fond et buvez seulement le surnageant. Au bout d’une semaine, vous pourrez remuer votre préparation le matin et boire le tout.

Durée : trois semaines. Cependant, pour un nettoyage en profondeur, il peut être nécessaire de la renouveler après avoir respecté une pause d’une semaine.

Contre-indications et précautions : pas de cure d’argile si vous souffrez d’hypertension artérielle ou d’occlusion intestinale ou si vous avez pris récemment de l’huile de paraffine. Si vous souffrez d’un cancer du tractus digestif, ne prenez l’argile que sous la supervision d’un bon spécialiste. Si la prise d’argile vous constipe, cela signifie que vos intestins étaient malades avant la cure et que l’argile s’est bloquée sur votre paroi digestive pour la soigner : ne prenez surtout pas de laxatif ! suspendez la cure d’argile et attendez sereinement que le transit se rétablisse, puis reprenez votre cure. Respectez au minimum un intervalle de deux heures entre la prise d’un médicament ou de la pilule contraceptive et l’argile. L’argile attire à elle tous les toxiques et elle pourrait tout à fait rendre votre médication inactive.

Comment apaiser vos douleurs articulaires et musculaires : en usage externe, l’argile permet d’agir de deux façons. D’abord, pour répondre à un problème de peau (résorber un abcès, sécher un bouton, pomper le venin d’une piqûre d’insecte ou de morsure de serpent, soigner une ampoule ou un panaris…). Mais les bienfaits de l’argile sont surtout réputés en cas de problèmes osseux, articulaires et musculaires : arthrose, ostéoporose, lumbago, tendinite, entorse, fracture… Les cataplasmes d’argile sont alors souverains pour soulager efficacement la douleur, réduire l’inflammation et favoriser la réparation des tissus. Des cataplasmes tout prêts existent, mais ils sont aussi très faciles à confectionner vous-même. L’argile concassée est plus pratique pour réaliser de plus grandes quantités, même si vous pouvez aussi utiliser de l’argile en poudre. La pâte d’argile se conserve très bien et très longtemps, il suffira de la recouvrir d’un linge pour éviter de la contaminer.

Préparer la pâte : remplissez un saladier avec des cailloux d’argile concassée. Recouvrez à fleur d’eau de source, laissez seulement dépasser les pointes et ne remuez surtout pas. Déposez un linge sur le saladier et laisser reposer le temps que les cailloux absorbent l’eau et se dissolvent. Votre pâte d’argile est prête, vous pouvez la remuer avec une spatule en bois et vérifier sa consistance, pas trop épaisse mais ferme, un peu comme du beurre.

Préparer le cataplasme : un cataplasme doit être un peu plus grand que la zone à traiter et son épaisseur (qui joue un rôle important), de 2 à 3 cm. Plus l’argile est épaisse, mieux elle travaille. Prenez un papier essuie-tout en double épaisseur ou un tissu propre et étalez-y l’argile avec une cuillère en bois. Posez directement l’argile en contact avec la peau et maintenez le tout avec un bandage sans trop serrer.

Durée du cataplasme : le temps de pose dépend des applications, cela va d’une quinzaine de minutes à toute une nuit. Pour la plupart des indications, deux heures sont une bonne moyenne. Normalement l’argile a commencé à sécher et le cataplasme s’enlève facilement. Si nécessaire, faites couler un peu d’eau pour le détacher, puis rincez la peau avec de l’eau tiède, sans forcément chercher à éliminer toutes les traces d’argile, celles qui restent en place partiront à l’application suivante. En général, on prévoit une à deux applications de deux heures par jour jusqu’à amélioration. Même si les améliorations peuvent être longues à se manifester, l’argile agit toujours et en profondeur, il faut juste un peu de patience.

Précaution : ne persistez pas si vous avez une sensation de gêne, de froid, de tiraillement ou de malaise. Dans tous les cas, un cataplasme doit vous apporter une sensation de bien-être et vous soulager.

Chaud ou froid ? : Selon les utilisations, le cataplasme peut être utilisé tiède ou froid : il sera froid si vous l’appliquez sur une zone congestionnée, fiévreuse ou enflammée. Si vous le sentez tiédir, c’est signe que l’argile agit. Il sera tiède sur une zone froide comme une fracture. Pour faire chauffer un cataplasme sans le dessécher : le mettre au soleil, le déposer sur un radiateur ou le mettre au bain-marie. Au début du traitement, il est possible que vous sentiez une aggravation de vos symptômes, c’est tout à fait normal. C’est seulement le signe que l’argile est active. Elle draine les toxines et doit évacuer vers l’extérieur. Persévérez et soyez patient.

Brûlures, coupures et plaies : mode d’emploi : sans attendre et sans chercher à nettoyer la blessure, saupoudrez immédiatement et généreusement l’argile. Laissez l’argile agir et sécher à l’air libre. Renouvelez le poudrage aussi souvent que nécessaire. L’argile attire à elle les impuretés (jusqu’aux plus microscopiques) qui se trouvent dans la plaie et qui vont naturellement remonter vers la surface. Elle stoppe le saignement et elle forme un très bon pansement couvrant naturel. Elle empêche l’infection, l’apparition de cloques et accélère le processus de guérison.

Indispensable dans votre valise : en voyage, prévoyez toujours : quelques cailloux d’argile concassée pour purifier l’eau. Il suffit de déposer un petit caillou au fond d’une bouteille (non métallique) à boire au cours de la journée. Un peu d’argile en poudre dans un pot bien fermé : pour préparer un verre d’eau argileuse en cas de turista ou d’infection intestinale, mais aussi dans les situations d’urgence pour soigner une plaie.

Source : Annie Casamayou, naturopathe in « Révélations Santé & Bien être » mai 2019

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.