Epices et vertus médicinales

L’épice est issue d’une partie d’une plante aromatique a forte concentration d’arôme. A l’origine, l’épice peut être une racine (ginseng), une écorce (cannelle), une gousse (ail), un fruit (moutarde), une graine (sésame) ou bien une fleur (safran).

On désigne le mot « herbe » toutes les feuilles ou tiges de plantes qui parfument ou soignent.

Aujourd’hui, il est facile de trouver des épices et des herbes aromatiques dans les grandes surfaces et dans des boutiques spécialisées. Il suffit ensuite de les utiliser avec précaution dans les recettes afin de parfumer  les plats sans dissimuler leurs propres arômes.

 Epices et vertus médicinales    

Les épices peuvent avoir des vertus médicinales puisqu’elles proviennent des plantes naturelles. A en croire la sagesse populaire, il y aurait des épices qui sont susceptibles de guérir de tous les maux.Tonifiantes, revitalisantes et antioxydantes pour la plupart, voici la liste non exhaustive des plus courantes et de leurs propriétés originales :

– Anis étoilé : cette épice a des vertus carminatives c’est-à-dire qu’elle soulage les maux d’estomac et facilite la digestion.

– Coriandre : Les graines de coriandre sont diurétiques et possèdent des propriétés stimulantes pour les intestins. Elle contrôle la glycémie en cas de diabète, lutte contre le stress oxydatif et régule le taux de cholestérol. Elle contient également du limonène, présumé être un agent anticancérogène. L’épice est déconseillée aux asthmatiques.

– Gingembre : Présent dans les bonbons et dans les boissons gazeuses, le gingembre est efficace pour lutter contre le mal du transport et des nausées. Une infusion de gingembre soulage les maux de gorge, les douleurs musculaires et les rhumes de cerveau. Le gingembre facilite également la digestion car il contient des molécules antioxydantes. Dans l’industrie pharmaceutique, les cachets possède des vertus toniques et stimulantes.

– Piment : La capsaïcine issue du piment et responsable de son piquant dilate les vaisseaux, augmente la circulation du sang et favorise la transpiration. Le piment apaise également les douleurs musculaires.

– Poivre : Le poivre noir est stimulant, digestif et diurétique. Il soulage les rhumes, l’amnésie et l’impuissance. Utilisez le poivre avec modération ; il devient toxique s’il est consommé en grande quantité.

Ail       allium Sativum, kon chhay (khZ

Aspect : L’ail est une plante à bulbe rond formé de plusieurs gousses avec une forme de croissant et encastrées dans une fine peau blanche ou rose

Saveur : Son fort parfum piquant et terreux est très particulier. L’odeur est tenace, soufrée avec une certaine pointe d’acidité.  C’est un composé spécifique, l’allicine, qui lui donne son goût.

Dans la cuisine : On peut cuisiner l’ail de diverses manières : entier, écrasé, découpé en rondelles, émincé, haché ou réduit en purée avec un presse ail. Le goût, fort et mordant, relève bien des aliments qu’il accompagne. Si vous le faites frire, attention de ne pas trop chauffer l’huile car il brûle vite et développe un goût âcre.  Pour se prémunir contre l’haleine forte post dégustation, on peut retirer à l’aide d’un couteau, le petit germe vert situé sur la pointe haute de la gousse.

Les choisir et les conserver :

Il faut choisir des bulbes charnus et bien fermes en veillant à ce qu’ils soient vierges de tâches. La conservation se fait au sec à l’abri de la lumière. Vous pouvez l’accrocher en chapelet.  La pâte d’ail se conserve au réfrigérateur et la poudre dans un bocal hermétique toujours à l’abri de la lumière.

 Le saviez-vous ? Considéré comme une substance aphrodisiaque par les Romains, il était aussi censé préserver des assauts des vampires…On lui prête de nombreuses propriétés médicinales : l’ail a été utilisé pendant des siècles pour soigner l’asthme, la surdité, les vers.  C’est un bon antiseptique qui peut être utilisé sous forme de bouillon pour soigner une gorge irritée, le coryza ou la bronchite. Il maintient une bonne circulation du sang s’il est consommé en quantité. Il traiterait aussi les problèmes de peau : frottez un orgelet avec une gousse d’ail coupée et il disparaîtra aussitôt.

C’est une épice universelle très appréciée dans la cuisine asiatique

Anis étoilé

Aspect : Fruit entier de couleur verte puis acajou une fois séché en forme d’étoile à huit branches contenant chacune une graine ovale brune et brillante. L’anis étoilé est le fruit de la badiane, un cousin du magnolia.

D’origine chinoise il est aussi cultivé aussi au Cambodge, au Viet-Nam, au  Laos et aux Philippines.

Saveur :   Très décoratif, l’anis étoilé est la plus belle des épices. L’arôme n’est pas contenu dans les graines mais dans l’écorce du fruit. Il a un parfum doux, anisé et légèrement poivré qui rappelle aussi la réglisse.

Dans la cuisine : L ‘anis entre dans la composition du curry khmer et dans certaines soupes. Une ou deux carpelles rehaussent la saveur du poulet ou du canard rôti et de la soupe au boeuf.  Enfin, la graine moulue entre dans le mélange à 5 épices : gingembre, cannelle, clous de girofle, et poivre.

Les choisir et les conserver : Le fruit entier garde sa saveur pendant plusieurs années s’il est enfermé dans un récipient clos et à l’abri de la lumière. Moulu il se conserve beaucoup moins bien.

Le saviez-vous ? L’anis est riche en huiles essentielles, particulièrement en anéthol bien connu des confiseurs et des fabricants de chewing-gums. C’est aussi une substance carminative que les chinois utilisaient épice dans le thé car elle possède la vertu de soulager les maux d’estomac et de faciliter la digestion. Mâcher de l’anis rafraîchit l’haleine et soigne également soigne la toux et la bronchite. Enfin l’essence fine et parfumée est utilisée à faible dose dans la fabrication d’apéritifs et de liqueurs.

Le badanier est un arbre prolixe qui permet trois récoltes  par an. Certaines des variétés de cet arbre sont dangereuses comme celui du Japon : ses fruits sont très ressemblants à ceux du badanier de Chine mais toxiques.

Il se marie bien avec : l’ail, la cannelle, la cardamome noire, le gingembre, la ciboulette, le miel, le piment, le poivre.

 

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.