Fable de La Fontaine Le Corbeau et le Renard

Le Corbeau et le Renard (1)

Maître(2) Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléché,(3)

Lui tint à peu près ce langage :

« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte(4) à votre plumage,

Vous êtes le Phénix(5) des hôtes de ces bois.  »

A ces mots le Corbeau ne se sent(6) pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

corbeau-et-le-renard-4Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur(7)

Vit aux dépens de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.  »

Le Corbeau, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

corbeau-1

1 Les sources : Esope, Phèdre, Babius, Apjtonius

2 Titre que l’on donnait par honneur aux notables bourgeois

3 Allécher, c’est attirer par l’odeur d’un appât

4 Est en rapport avec

5 Le phénix est un oiseau unique de son espèce. Il vivait plusieurs siècles au désert, puis se brûlait lui-même sur un bûcher qu’il avait entassé et renaissait de ses cendres

6 Perd le sentiment à force de joie

7 On prononçait au WVIIe siècle : Flatteux et donc logiquement le féminin est flatteuse

 

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.