Fable Jean de la Fontaine La Cigale et la Fourmi

La cigale et la fourmi (1)

La cigale ayant chanté

Tout l’été,

Se trouva fort dépourvue(2)

Quand la bise(3) fut venue :

Pas un seul petit morceau

La-Cigale-et-la-fourmiDe mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine

Chez la fourmi sa voisine,

La priant de lui prêter

Quelque grain pour subsister

Jusqu’à la saison nouvelle.(4)

« Je vous paierai, lui dit-elle,

Avant l’oût(5), fois d’animal(6)

Intérêt et principal.(7)

La fourmi n’est pas prêteuse :

La-Cigale-et-la-fourmi-2C’est là son moindre défaut.(8)

« Que faisiez-vous au temps chaud ?

Dit-elle à cette empreuteuse.

–         Nuit et jour à tout venant

Je chantais, ne vous déplaise.

–         Vous chantiez ! j’en suis fort aise

Eh bien ! dansez maintenant. »

 

 

cicale-fourmi-2

1 Les  sources : Esope, fables 134 et 244 (même titre). Repris par Apjthonius et Abstemius

2 Privée de tout. L’emploi de ce mot sans complément, fréquent au XVIe siècle est rare au XVIIe ;

3 Vent du Nord qui souffle surtout en hiver. Emploi original pour désigner l’hiver

4 Le printemps. Encore une expression fréquente au XVIe siècle

5 Le mois d’août est le mois de la moisson. En certaines provinces, le mot avait fini par désigner la moisson elle-même. Orthographe conforme à la prononciation.

6 Parodie plaisante de l’expression : foi de gentilhomme.

7 Capital, mot habituel au XVIIe siècle

8 Le plus petit défaut de la fourmi est d’être prêteuse. Ce n’est pas au jugement du poète, mais à celui de la fourmi que de prêter est un défaut ; elle n’a pas, pense-t-elle ce vice, même au plus petit degré.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.