La carpe placide

Une petite tête, une bouche étroite flanquée, de chaque côté, de courts barbillons, des yeux au regard fixe et légèrement stupide, voici la carpe, proche parente de très célèbres poissons rouges : elle fait penser à un vieux philosophe chinois de certaines estampes. Et à part cette vague ressemblance physique, elle en possède la sagesse. Ses habitudes et son mode de vie révèlent en fait un tempérament placide, un peu sournois. Elle appartient à la famille des Cyprinidés où se trouvent beaucoup de poissons ayant une grande valeur économique. Notre carpe présente un corps massif, recouvert d’écailles ; dans certains cas exceptionnels, elle mesure plus d’un mètre et pèse plus de 20 kg. Elle est dotée de dents pharyngiennes (disposées dans le pharynx) qui servent à broyer les aliments. Ce caractère est particulier aux Cyprinidés.

La carpe se nourrit facilement ; en fait, tout lui convient : mollusques, insectes, substances végétales de toutes sortes. Ce poisson pratique aussi le jeûne, et tous les ans, pendant une longue période qui va du mois d’octobre au  mois de mars, il ne mange pas et reste immobile, en léthargie, sous l’eau. Et c’est peut-être à cause de son caractère doux et tranquille et de son mode de vie hygiénique que la carpe peut vivre longtemps.

Bien que la carpe nage lentement, elle peut faire 13 km à l’heure sans gros effort. L’élevage des premiers poissons rouges date de la dynastie chinoise des Ming, quatre cents ans avant Jésus-Christ.

1Il existe un poisson appelé carpe de mer mais qui en réalité n’est pas une carpe et appartient à une famille bien différente. On le trouve sur la plupart des côtes européennes et en mer Noire.

2Comme les petits cochons sur terre, les carpes fouillent la vase des fonds pour cherche leur nourriture.

3Si, par hasard, une carpe se trouvait hors de l’eau, elle pourrait vivre un certain temps, mais elle fera tout pour retourner dans l’eau.

4La carpe miroir est ainsi surnommée parce qu’elle a sur les deux côtés de son corps, deux ou trois rangées de très larges écailles, aussi brillante que des miroirs.

5Sous ses écailles, exactement là où se dessine une ligne plus sombre, se trouvent des organes sensoriels supplémentaires qui perçoivent toutes les vibrations de l’eau. Ci-dessus, une carpe fuyant un dangereux hameçon.

6Le « queue de voile », poisson japonais, fait partie de la famille des cyprinidés, comme la carpe. Le dessin ci-dessus représente deux types de cyprins dorés, l’un d’entre eux, véritable joyau de l’Orient est le remarquable résultant de savants croisements.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.