La mésange Rémiz

A peine le soleil point-il à l’horizon, que la mésange Rémiz est debout pour saluer le jour nouveau ; c’est un petit oiseau tout en voix et en plumes que l’on remarque à cause d’un petit loup noir bien collé sur ses yeux vifs. La sérénade de notre sympathique ménestrel ailé est classique : il se gonfle et regarde autour de lui, il relève sa petite tête grise, comme pour vérifier que le publique le regarde, et puis, il entonne sa chansonnette : sarabande piquante, passages en fausset, gammes chromatiques, roucoulade que l’écho léger répercute sur les cailloux.

Il semble presque qu’un chef d’orchestre invisible en dirige la brillante partition. Quand le spectacle est terminé, notre oiseau tout gonflé de plumes se fait alors architecte, son métier de prédilection. Il accroche solidement quelque fibres végétales à une branche fourchue, comme pour tisser un feston ; et notre mésange, tout en volant, fixe crins et filaments en les entortillant les uns aux autres ; elle construit son nid en forme de bouteille. Notre petit oiseau dynamique ne se limite pas à un seul échantillon de construction, il en fait sur ce modèle exceptionnel deux, parfois trois, c’est la femelle qui terminera celui qu’elle adopte. Leurs plats préférés : des insectes (les coccinelles, entre autres) et les larves

Dans certaines régions, on utilise ces nids bien chauds, souples et feutrés en guise de chaussons pour les enfants.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.