Le brochet vorace

Le vorace brochet ne jouit pas d’une bonne réputation, même dans les bas-fonds malfamés des étangs. C’est le poisson le plus redouté des cours d’eau de l’Europe, au point d’être surnommé « tigre d’eau douce ». Tous les petits poissons frissonnent en apercevant sa grande bouche hérissée de dents acérées. En outre, des histoires terribles circulent sur son compte, à donner la chair de poule aux brigands les plus aguerris qui sillonnent les eaux. On chuchote même –laissons ceci entre-nous) que ce monstre n’hésite pas à dévorer ses propres fils sans remord.

Ce brochet féroce atteint parfois une taille considérable (on en rencontre de plus de 1m de long). Il nage très rapidement et vous pensez bien qu’étant donné son agressivité et sa violence, c’est « l’ennemi numéro un » de la société. Les éleveurs de carpes ne l’ignorent pas : ils mettent un brochet dans les bassins d’élevage pour faire peur aux carpes et les forcer à fuir, exercice qui rend leur chair plus savoureuse. Ainsi, même la méchanceté légendaire du brochet est utilisée pour un bien relatif. Le brochet peut nager à une vitesse de près de 40 km/h.

Sa femelle pond 200 000 œufs, ce qui pourraient largement repeupler rivières et lacs si l’appétit paternel (et maternel) les laissait tous vivre. Sa vue est bien sûr plus développée que son odorat : c’est pourquoi il ne peut flairer les bancs de petits poissons qui s’enfuient ainsi souvent à son nez et à sa barbe (si l’on peut employer cette expression pour un poisson).

1L’appétit du brochet est démesuré. Il remonte à la surface de l’eau où il attrape même les oiseaux. Il mange une quantité de nourriture équivalente à un tiers de son poids, par jour.

2Une faim continue et insatiable… c’est le destin de ce féroce corsaire. Sur l’image ci-dessus, voyez le brochet famélique chasser sa propre progéniture

3Tel père, tel fils. Voici deux jeunes brochets innocents d’apparence qui s’affrontent. Leur appétit les pousse l’n contre l’autre. Le plus prompt à mordre réussira à avaler l’autre. Observez cette image étonnante : ils s’affrontent,  l’un mord l’autre, enfin il l’avale. Et cette dernière image : de deux poissons, il n’en reste qu’un, en vérité, l’estomac du survivant est un peu plus gros qu’avant parce qu’il est en train de digérer son petit frère.

4Le brochet vit dans tous les cours d’eau, lacs et étangs de la France et il est généralement commun. Il ne se trouve pas dans les torrents de haute montagne qui conviennent à la truite

5Le brochet vit dans les végétations aquatiques les plus touffues : là, il se glisse sans escorte. Il se confond avec le décor qui l’entoure et demeure immobile à fleur d’eau.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.