Les pouvoirs incroyables de l’argile

Nous sommes en 1581, en Allemagne, dans la région de Hohenloe. Wendel Thumblardt, un voleur multirécidiviste, vient d’être condamné à la peine de mort. Le juge lui propose un choix : la pendaison ou une expérience très risquée pour tester un nouvel antipoison. Wendel Thumblardt accepte de servir de cobaye.

argile en morceau

Les médecins lui administrent, devant huissier, une drachme (environ 4,3 g) et demie de mercure (chlorure de mercure), soit plus de onze fois la dose mortelle. Puis il lui donne une drachme d’argile Terra Sigillata dans du vin vieux. Le pauvre homme en fut « fort vexé », mais rendu à ses amis en bonne santé. Vous l’aurez compris, ce n’est pas le vin qui l’a sauvé, mais bien l’argile.

Cette histoire véridique, tirée du très sérieux History of Medecine, est l’une des premières à démontrer les vertus extraordinaires de l’argile. Mais de loin, pas la dernière….

Les Egyptiens s’en servaient en onguents pour désinfecter leurs blessures. Les Romains l’utilisaient en enveloppements et pour assainir l’eau. Hippocrate, le père de la médecine, préconisait des bains d’argile pour purifier le corps et l’esprit. Des médecins renommés comme Galien, Dioscoride et Avicenne ont aussi fait de grands éloges de l’argile contre la dysenterie, les intoxications ou les hémorragies.

Mais aujourd’hui, il serait trop réducteur de voir l’argile comme un simple remède de grand-mère. La science a validé la plupart des usages séculiers. D’ailleurs de nombreux médicament, le Smecta par exemple sont à base d’argile. L’argile, c’est de la boue, mais pas n’importe laquelle. C’est le résultat de la décomposition en texture très fine des roches de la croûte terrestre, un processus qui s’est effectué au fil des millénaires de telle sorte que la matière s’est chargé en minéraux. Les argiles sont constituées d’un réseau de silice et d’alumine à des teneurs plus ou moins élevées, dans lequel s’imbriquent divers minéraux selon son origine : du fer, du magnésium, du calcium, du cuivre, du sodium, du potassium, etc. Cette richesse et cette diversité des minéraux sont à l’origine des étonnantes propriétés reminéralisantes et régénératrices de l’argile.

Quatre variétés d’argile

1Verte, l’illite est quelque fois rouge ou jaune. C’est l’argile la plus connue car ses propriétés thérapeutiques ont été validées par de nombreuses études scientifiques. En France, elle est la seule à avoir droit à l’appellation « Argile verte ». S’il n’y en avait qu’une seule à choisir, ce serait donc celle-là. Elle est utilisée par voie interne pour traiter les affections gastro-intestinales mais aussi pour drainer l’organisme en profondeur (en cas d’acné, infection, migraines…). Elle s’emploie aussi traditionnellement en cataplasmes pour soigner les entorses, les fractures ou les foulures et résorber les œdèmes.

2Généralement verte, la montmorillonite peut être aussi blanche ou jaune. C’est une argile de grande qualité thérapeutique et polyvalente. Très riche en minéraux, elle est l’ingrédient principal de plusieurs médicaments prescrits pour la colopathie fonctionnelle. Elle s’emploie notamment pour le confort articulaire, pour soulager les troubles intestinaux ou pour favoriser la cicatrisation. Elle aide aussi à assainir les peaux mixtes et grasses.

3De couleur blanche, la kaolinite est la plus douce des argiles. Elle contient peu de minéraux. Elle fait un remarquable pansement gastro-intestinal apprécié dans le reflux gastrique, la constipation ou pour soulager une intoxication alimentaire. En gargarisme, elle soigne les maux de gorge. Par sa douceur, elle excelle dans les soins de beauté des peaux sensibles, irritées ou réactives. Elle s’utilise comme lait nettoyant, à la place du talc pour les fesses de bébé, sur les aisselles en déodorant sec, en bain de bouche, etc.

4Le rhassoul, argile d’origine volcanique des montagnes de l’Atlas marocain, est utilisé par les femmes au Maghreb pour ses propriétés lavantes, régénérantes, désincrustantes et adoucissantes. C’est un dégraissant doux qui respecte le film hydrolipidique de la peau et des cheveux ; il fixe les impuretés et l’excès de sébum qui sont ensuite éliminés au rinçage.

La terre aux sept pouvoirs : « L’effet éponge » de l’argile (utile en cas d’inflammation) L’argile retient l’eau et toutes les molécules indésirables (gaz, odeurs, parasites…) Faites le test : déposez une coupelle remplie d’argile dans le réfrigérateur. Elle désodorise en absorbant rapidement les mauvaises odeurs.

L’argile appliquée sur la peau a le même pouvoir et est capable de résorber les abcès et les inflammations. Sur le même principe, un peu d’argile absorbée par voie interne permet de drainer le système digestif et réduit par exemple les flatulences, ce qui explique que son utilisation soit très bénéfique dans les problèmes intestinaux. Elle neutralise les virus et les bactéries. L’argile n’est pas seulement absorbante, elle est aussi adsorbante : elle attire à elle et fixe les impuretés, les germes pathogènes, les toxiques, etc. Elle les rend inactifs et les empêche de se reproduire. C’est sur cette capacité de neutralisation que reposent la plupart des effets thérapeutiques de l’argile. Comme elle piège efficacement les poisons, elle peut aussi assainir les eaux polluées et les rendre potables, inhibant les bactéries, les virus et les toxines.

Pour faire le plein de minéraux : L’argile est reminéralisante : elle capte les indésirables et livre à la place des minéraux indispensable au bon fonctionnement du métabolisme. Elle joue ainsi un rôle dans l’équilibre acido-basique du corps et permet de lutter contre les états de fatigue.

L’argile neutralise efficacement nombre d’agents pathogènes, dont les bactéries, ou en réduit fortement la présence, comme Escherichia coli (-92,6%), ou Staphylococcus aureus (- 99,7%). Elle est utile dans bon nombre d’infections pulmonaires, intestinales, etc. Au contraire des antibiotiques de synthèse, elle agit de façon sélective sans altérer les bonnes bactéries de la flore intestinale et sans effets indésirables.

Mettez de l’argile sur vos blessures :L’argile est un antiseptique naturel car son fort pouvoir couvrant forme une barrière naturel efficace. Elle est aussi un hémostatique très utile pour arrêter le saignement. Elle a des fonctions régénératrices exceptionnelles et traiter une plaie à l’argile favorise la reconstitution des tissus lésés pour aboutir à une cicatrisation totale. Selon le Dr Jade Allègre, c’est même la seule et unique façon de soigner les brûlures, y compris graves, en ne laissant aucune cicatrice.

Offrez-vous un moment de détente : L’argile a des vertus décontractantes. Elle soulage efficacement les douleurs musculaires et articulaires. Il peut être bénéfique par exemple de prendre un bain à l’argile après une séance de sport pour éviter les courbatures ou une journée fatigante.

Cette terre est-elle… intelligente ? Un des grands avantages de l’argile, c’est son action ciblée. On peut dire que l’argile possède une certaine intelligence car elle concentre son action juste là où c’est nécessaire, sans agresser les tissus autour, sans déséquilibrer le terrain et sans camoufler les symptômes : le point d’inflammation à éteindre, l’infection à éliminer, etc

Source : Annie Casamayou, naturopathe in « Révélations Santé & Bien être » mai 2019

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.