L’histoire de Jeannot Lapin

L’histoire de Jeannot Lapin est tellement connut que nous, les Français sommes persuadés que c’est un conte français, un conte oral, sans nom d’auteur, qui se passe de Grand-mère en Grand-mère. J’ai 70 ans et je me souviens que ma grand-mère me racontait déjà les aventures de Jeannot Lapin ! Pour moi, c’était acquis et je n’ai jamais cherché à savoir si quelque part dans le monde une belle âme avait inventé ce conte. Et pourtant un peu plus de dix ans après la mort de l’auteur, ce conte était déjà célèbre. Nous le devons donc à une naturaliste anglaise !! Vous trouverez tout sur elle ici : http://www.gallimard-jeunesse.fr/Auteur/Beatrix-Potter

Jeannot LapinDonc, n’ayant plus de petits-enfants à qui raconter l’histoire de ce petit lapin, je vous la livre ici, agrémentée des dessins de l’auteur, en vous laissant le soin de la conter à votre tour à vos chères têtes blondes

Jeannot LapinUn jour, de grand matin, un petit lapin se reposait sur le bord d’un talus. Tout à coup il dressa les oreilles et écouta ; il reconnut le trottin-trottant d’un poney. Un cabriolet  s’avançait sur le chemin ; il était conduit par Monsieur Mac Gregor, et Madame Mac Gregor était assisse à ses côtés ; elle avait mis son plus beau bonnet.

Aussitôt que le cabriolet fut passé, Jeannot Lapin descend sur le chemin – un bond, un saut – et  il vient faire visite à sa famille qui habite dans le bois, derrière le jardin de Monsieur Mac Gregor.

Jeannot LapinCe bois était plein de terriers et dans le plus propre et le plus sablonneux vivaient la tante de Jeannot et ses cousins –Flopsaut, Trotsaut, Queue-de-coton et Pierre. Madame Lapin mère était veuve ; elle gagnait sa vie en tricotant   faites avec du poil de lapin (une fois, j’en ai acheté une paire à une vente de charité). Elle vendait aussi des herbes, des feuilles de romarin pour la tisane, et du tabac de lapin (que nous appelons lavande). Jeannot LapinJeannot ne désirait pas  beaucoup voir sa tante. Il fit le tour du sapin et faillit tomber sur le dos de son cousin Pierre. Jeannot Lapin

Pierre était assis et avait l’air souffrant. Il était enveloppé d’un mouchoir de poche en coton rouge. « Pierre –chuchota Jeannot Lapin- qui a pris tes habits ? ».Jeannot Lapin

« L’épouvantail du jardin de Monsieur Gregor » répondit Pierre, et il raconta comment on lui avait donné la chasse dans le jardin, et comment il avait perdu ses sabots et sa jaquette. Jeannot s’assit à côté de son cousin et lui affirma que Monsieur et Madame Mac Gregor étaient partis en cabriolet, et certainement pour toute la journée, car Madame Mac Gregor était coiffée de son plus beau bonnet.Jeannot Lapin

« Je voudrais tant qu’il pleuve » dit Pierre. Comme il exprimait ce désir, il entendit à l’intérieur du terrier la voix de Madame Lapin mère – Queue –de-Coton ! Queue-de-Coton ! Va encore chercher de la camomille ! » « Si je faisais une promenade » dit Pierre « cela me ferait peut-être du bien ».Jeannot Lapin

Jeannot et Pierre s’en allèrent, se tenant par la main, et grimpèrent sur le haut de la muraille qui se trouvait au fond du bois. De cet endroit, ils regardèrent dans le jardin de Monsieur Mac Gregor. Ils pouvaient voir directement l’épouvantail fait avec la jaquette de Pierre et ses sabots. Monsieur Mac Gregor l’avait coiffé d’un de ses vieux bérets de laine.Jeannot Lapin

« Cela abîme les vêtements des gens de passer sous les barrières, dit Jeannot, la vraie manière d’entrer dans un jardin c’est de se laisser glisser le long du poirier ». Pierre tomba la tête la première ; mais il ne se fit pas de mal car la plate-bande venait d’être ratissée et était tout à fait moelleuse.Jeannot Lapin On y avait semé des laitues. Ils laissèrent sur la plate-bande beaucoup d’empreintes de petits pas très drôles, surtout Jeannot qui portait des sabotsJeannot Lapin

« Il faut d’abord récupérer tes vêtement, Pierre, afin que nous puissions nous servir du mouchoir de poche » dit Jeannot. Ils enlevèrent les vêtements de l’épouvantail. Il avait plu pendant la nuit ; il y avait de l’eau dans les sabots, et la jaquette avait un peu rétréci.  Jeannot essaya le bonnet de laine, mais il était trop grand pour luiJeannot Lapin

Il eut l’idée de remplir le mouchoir   rouge avec des oignons pour les offrir à sa tante. Pierre n’avait pas l’air de s’amuser beaucoup, il lui semblait toujours entendre des bruits inquiétants. Jeannot LapinJeannot, au contraire, était comme chez lui, et il mangea une feuille de laitue. – J’ai l’habitude de venir dans ce jardin avec mon père, cueillir des laitues pour le repas du dimanche, dit-il. (Le nom du papa du petit Jeannot était Monsieur Jean Lapin, père.) Les laitues étaient vraiment délicieuses !Jeannot Lapin

Pierre ne voulut rien manger, il aurait préféré s’en retourner chez lui. Même, il laissa tomber la moitié des oignons.Jeannot Lapin

-Ce n’est pas possible, avec un paquet de légumes, de remonter par le chemin du poirier ; dit Jeannot. Et ils suivirent un petit chemin fait de planches. Ce chemin ensoleillé, courait le long d’un mur en briques rouges. Des souris, assises sur le seuil de leur porte, cassaient des noyaux de cerises, elles jetèrent un petit coup d’œil à Jeannot et à Pierre.Jeannot Lapin

Un peu plus loin, Pierre lâcha de nouveau le mouchoir.Jeannot Lapin

Jeannot et Pierre se trouvèrent au milieu d’un tas de pot à fleurs, de châssis et de baquets. Pierre entendit des bruits plus effrayants que jamais, et il ouvrit les yeux « comme des portes cochères ». Il précédait son cousin d’un ou deux pas, quand tout à coup il s’arrêta.Jeannot Lapin

Et regardez ce que les deux petits lapins virent au détour de l’allée. Jeannot jette un coup d’œil et, dans moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il se cache avec Pierre et les oignons sous un grand panier.Jeannot Lapin

La chatte qui dormait au soleil, se dressa sur ses quatre pattes et s’étira ; puis elle vint flairer autour du panier. Peut-être aimait-elle l’odeur des oignons ! Je ne sais, mais en tout cas, elle s’assit sur le haut du panierJeannot Lapin

Elle resta là pendant cinq heures ! Je ne puis vous dépeindre Jeannot et Pierre sous le panier, parce qu’il y fait très noir, et aussi à cause de la mauvaise odeur des oignons. Cette odeur était si terrible qu’elle arrachait des larmes à Jeannot et à Pierre. Le soleil descendit derrière le bois. Le soir vint, mais le chat restait toujours assis sur le panier.Jeannot Lapin

A la fin, on entendit le bruit de petits pas, et quelques débris de mortier, tombèrent  du haut de la muraille. La chatte dressa la tête, et vit Monsieur Jean Lapin père marchant fièrement sur le haut du mur de la terrasse. Il fumait une pipe de tabac de lapin et tenait une badine à la main. Il était à la recherche de son fils.Jeannot Lapin

Monsieur Jean Lapin père méprisait fort les chats. Il fit un bond prodigieux, sauta sur l’animal, le chassa du panier, et d’un coup de pied lança dans la serre en lui arrachant une bonne poignée de poils. La chatte fut trop surprise pour rendre la pareille.Jeannot Lapin

Quand Monsieur Jean Lapin père eut chassé la chatte dans la serre, il ferma la porte à clef. Puis il revint vers le panier, sortit son Jeannot parles deux oreille et le fouetta avec sa petite badine. Après, ce fut le tour de Pierre.Jeannot Lapin

Il retira ensuite le mouchoir avec les oignons, s’en chargea, et sortit  du jardin.Jeannot Lapin

Une demi-heure plus tard Monsieur Mac Gregor vint à son jardin ; il remarqua plusieurs choses qui l’étonnèrent fort. –Tiens, se dit-il, quelqu’un s’est promené par ici avec des sabots ; mais comme les empreintes sont petites ! Et puis comment la chatte s’y est-elle prise pour s’enfermer à clef dans la serre avec une clef restée au dehors ?Jeannot Lapin

Quand Pierre rentra à la maison, sa mère lui pardonna, parce qu’elle était contente de voir qu’il avait retrouvé ses sabots et sa jaquette. Queue-de-coton et Pierre plièrent le mouchoir ; et Madame Lapin mère fit des bottes d’oignons qu’elle suspendit au plafond de la cuisine, avec des paquets d’herbe et de tabac de lapin.Jeannot Lapin

 

Fin

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.