Merlin et Viviane Légende bretonne

Assis sur le perron de la fontaine de Barenton, l’enchanteur Merlin goûtait un repos bien mérité, au cœur de la forêt de Brocéliande. Alors qu’il méditait sur de nouveaux tours, une jeune fille prénommée Viviane vint y puiser quelques seaux dans la mare. Aussitôt Merlin, -qui sait et devine tout-, craint en la saluant d’y perdre le cœur et l’esprit… Il lui adressa pourtant un signe de la tête et tomba instantanément sous le charme de cette fille, si femme, qui lui demanda avec candeur : “M’apprendriez-vous quelques tours en échange d’une amitié indéfectible ?” Sachant qu’il ne pouvait refuser, Merlin commença alors par lui enseigner un ou deux enchantements simples : à faire couler un ruisseau où bon lui semble, à marcher sur l’eau sans se mouiller les pieds… La jeune fille était douce et appliquée mais Merlin, qui avait fort à faire aux côtés d’Arthur, son roi, dut se faire violence et quitter celle dont il venait de tomber éperdument amoureux, impatiente de le revoir, Viviane lui demanda une preuve de son amour. En un instant et quelques formules, il fit apparaître un château luisant de mille feux et de mille éclats, aux tours de verre et au donjon de cristal. “Voici votre manoir, ma douce amie. Vous pourrez m’y attendre sans crainte : il est invisible aux yeux du monde qui n’y verra qu’un lac.” C’est là qu’elle patienta bien longtemps, car Merlin, conduit par le devoir, resta absent plus d’une année. Lorsqu’il revint enfin, Viviane se montra plus douce encore – ce qui ne fut pas sans troubler notre enchanteur – et lui demanda des nouveaux sortilèges : “Apprenez-moi à retenir un homme à mes côtés, sans user de grilles et de murs” insista-t-elle. Merlin qui était plus résigné que dupe, se laissa aller à lui enseigner les neuf clefs de l’incantation. Viviane n’attendit pas une seconde et de neuf passes dans l’air, réveilla les neuf enchantements qui enfermèrent Merlin à tout jamais dans ce monde parallèle. On raconte que l’enchanteur, prisonnier volontaire de l’amour de Viviane, vit toujours dans une grotte connue d’elle seule, ou dans son palais de cristal sous le lac de Comper. A tout jamais. 

Et aujourd’hui encore, sous les reflets de l’eau, le flâneur peut deviner les tours et les tourelles du plus beau palais bâti par Merlin. 

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.