Musang ou civette des palmiers

Le Musang (paradoxurus hermaphroditius), ou Civette des palmiers, est un animal nocturne, bien adapté à la vie arboricole grâce à sa longue queue préhensile et ses pattes courtes et larges, munies de 5 doigts aux griffes partiellement rétractiles. Ses tarses dénudés sont semés de verrues et il est semi-plantigrade. Sa denture comporte 40 dents, courtes et tronquées. La poche à parfum se présente comme un pli de peau longitudinal et dénudé, qui recueille la sécrétion fétide des glandes anales. En cas d’attaque, le musang peut projeter cette sécrétion à distance, mais il ne le fait qu’à la dernière extrémité.

Le corps du Musang mesure une cinquantaine de centimètres de long et sa queue à peu près autant. La couleur du pelage est assez variable, mais on trouve chez tous les individus une bande blanche ou grise, qui part du front et se prolonge jusqu’aux oreilles. Le musang est un animal nocturne. Il sort de sa cachette au coucher du soleil pour chasser les petits mammifères et les oiseaux. Il se nourrit aussi de fruits, saccageant les jardins et les plantations de café javanaises, ce qui lui a valu le surnom de « Rat du café ». Lorsque les fruits du caféier  arrivent à maturité, on voit apparaître, le long des rangées d’arbustes, de longues files d’excréments de musangs. Ils se composent presque exclusivement de baies de café, dont l’animal dévore avec avidité l’enveloppe pulpeuse et rejette les graines sans les avoir digérées. Les indigènes recueillent soigneusement ces graines, persuadés que ce sont celles qui fournissent le meilleur café, car le musang ne mange que les fruits les plus mûrs et les plus savoureux. Il constitue un grave danger pour les gallinacés, sauvages ou domestiques, en détruisant les œufs dont il est très friand. Il semble qu’il apprécie également les insectes. Invisible le jour, on l’entend chasser la nuit, car il est très bruyant.

Le genre Paradoxurus se compose de 3 espèces, toutes asiatiques, dont 2 vivent aux Indes. Le musang habite principalement les îles de la Sonde, le sud de la Chine et les Philippines. C’est un animal très vif, souple, léger et joueur, surtout quand il est jeune.  Très facile à apprivoiser, il peut vivre longtemps en captivité, et même s’y reproduire, pourvu qu’il soit bien traité. Il apprécie vite la maison qui l’abrite et ne cherche pas à s’enfuir. Toutefois, son odeur fétide et ses habitudes nocturnes rendent sa présence pénible. Dans la journée, il dort continuellement, pelotonné comme un chat, et devient insupportable dès la nuit tombée, n’arrêtant pas de s’agiter et de crier.

Le musang se distingue des autres paradoxures par l’orientation des poils. Ceux-ci sont couchés de l’avant vers l’arrière dans le sens du corps, alors qu’on ne trouve pas cette implantation oblique chez les variétés indiennes. Les portées sont de 4 à 6 petits et la femelle possède 3 paires de mamelles pour les allaiter.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.