La cicindèle ami des jardiniers

Parmi
les protagonistes de notre collection en voici un autre qui a mauvais
caractère, une vraie peste pour ses voisins : c’est ce très joli
coléoptère de teinte émeraude, la cicindèle. Pour calmer sa faim insatiable,
notre insecte s’active sans cesse ; qu’il marche ou qu’il vole, il chasse
continuellement en serrant ses proies entre ses terribles mandibules.

Sa
voracité est spectaculaire. On peut le comparer au tigre En lire plus...

Le premier blanc manteau

Ce
n’est pas parce que le début de l’histoire des cathédrales est difficile à
reconstituer, qu’il faut croire qu’elles n’existent que depuis l’âge roman. Cet
article, écrit par Jean-François Reynaud  (notre histoire-2003) vous entraîne à la
recherche de leurs origines, en un temps où la France se couvrit d’un premier
« blanc » manteau de cathédrales.

En
469, l’évêque de Lyon, sans doute assisté de En lire plus...

La construction des cathédrales du Moyen-âge

Une
véritable fièvre s’empare de la France vers 1150 : de grandes églises
poussent un peu partout, s’élevant de plus en plus haut. Alain Salamagne, dans
« Notre Histoire »(2003) raconte comment furent conduites ces
entreprises folles et  inouïes.

De
1150 à 1250, des centaines de chantiers de construction s’ouvrent sur un
territoire relativement restreint –l’Ile-de-France actuelle – la Picardie, et
les En lire plus...

La martre

Les
mustélidés du genre martre, sont des petits carnivores au corps svelte, au museau
pointu et aux pattes courtes, terminées par des pieds à 5 doigts munis de
griffes acérées. Leurs glandes anales secrètent un liquide musqué et leur
fourrure est estimée. Il en existe plusieurs variétés dont la martre
commune
, la zibeline et la En lire plus...

Val d’Isère station savoyarde

S’il est un nom connu de tous, c’est bien celui de val
d’Isère. La notoriété de la station de haute-Tarentaise a depuis longtemps
franchi les frontières de notre région, par la grâce conjuguée d’un des plus
beaux domaines skiables des Alpes, d’une myriade de champions de ski qui ont
porté haut ses couleurs et de la mythique route de l’Iseran menant au col
routier le plus élevé d’Europe.

Mais avant de devenir une célèbre En lire plus...

Le telagon

Le
telagon (Midaus javanensis), ou blaireau malais, est très proche du blaireau
européen dont il a la démarche de plantigrade, la queue courte et les molaires
à talon qui, n’étant plus exclusivement tranchantes, sont le signe d’un régime omnivore.
Il est cependant plus fouisseur que le blaireau européen, comme le prouvent son
museau plus allongé, sa queue plus courte, ses pavillons d’oreilles dissimulés
dans la fourrure et ses griffes En lire plus...

Le chabot de rivière

10
ou 15 cm. L’aspect féroce, une tête courte, épaisse, camarde et écrasée qui,
vue de face, ressemble à celle d’un crapaud. Il lui manque un cigare pour
ressembler à un vieux « gangster » de film. Ce « vilain »,
c’est le chabot, poisson solitaire et acariâtre des fleuves, des torrents et
des lacs. Il choisit leurs fonds sablonneux et parsemés de cailloux pour y
vivre. Là, entre les pierres, on peut le voir jouer au En lire plus...

Le triton à crête

Le
triton est un petit animal amphibie qui vit dans les terrains humides, dans
l’eau stagnante ou dans les cours d’eau assez lents. Il a des poumons et vient
renouveler sa provision d’air en surface quand il est dans l’eau.

Ce
batracien prend son rôle d’époux très au sérieux et dès qu’il remarque une
charmante femelle, il cherche à la séduire par tous les moyens. Il rend plus
intenses les brillantes couleurs de sa livrée, il En lire plus...

Le castor travailleur infatigable

Sur
sa carte de visite, on pourrait lire : ingénieur, maçon, menuisier,
plâtrier, plombier, bûcheron, transporteur fluvial. Ce « phénomène »
c’est le castor. Le plus rate et le plus grand rongeur de notre continent. Long
de plus d’un mètre, pesant jusqu’à 30 kg, il possède une rès forte denture, et
il s’en sert pour abattre les troncs robustes des saules, des frênes, et des
bouleaux, en  les rongeant à la En lire plus...

Deux doigts de Porto

Il
n’est Porto que … de Porto

Près
de 15 000 000 de litres de vins de Porto ont été importés par la France
en 1971, et la croissance ne fait que s’accentuer pour arriver en 2014 à plus
de 19 millions de litres, ce qui est deux fois plus que la consommation du
Portugal pendant la même période. (Est-ce la présence d’une nombreuse diaspora
portugaise en France qui contribue à cette grosse consommation de  En lire plus...