Les peintures du comte de Vergennes

A Versailles, les collections de peintures du XVIIIe siècle se sont enrichies en 2016 de deux pièces insignes. Toutes deux issues de la collection du comte de Vergennes, elles sont demeurées chez les descendants de l’homme d’Etat jusqu’à leur acquisition par le château de Versailles.

Ministre du Roi auprès de l’Electeur de Trèves en 1750, ambassadeur en Turquie de 1755 à 1768, en Suède en 1771, Charles Gravier de Vergennes (1719-1787) se vit confier le portefeuille des Affaires étrangères dès l’avènement du jeune Louis XVI, en 1774. C’est aussi le ministre Vergennes qui, en septembre 1779, demandait à Antoine-François Callet une copie d’un portrait officiel du Roi, livré par le peintre en 1778. Comme en atteste une lettre de Vergennes au comte d’Angiviller, directeur des Bâtiments du Roi, cette nouvelle toile devait servir de modèle à plusieurs copies qui seraient envoyées dans des cours étrangères. Plein de gratitude envers le ministre, l’artiste, de sa propre initiative, exécuta une nouvelle réplique de ce tableau qu’il offrit à son bienfaiteur. Il s’agit de l’œuvre récemment acquise par le château de Versailles et transmise par descendance directe jusqu’à nos jours.

Documenté dans les archives du ministère des Affaires étrangères, le tableau est entièrement de la main de Callet, ce qui le distingue de nombreuses autres versions réalisées avec la contribution de l’atelier.

Louis-XVI-par-Callet-1779Adoptant la même mise en page que le Louis XIV (1701) de Hyacinthe Rigaud ou le Louis XV (1760) de Louis-Michel Van  Loo, le peintre représente le Roi en pied, vêtu du manteau royal, couvre-chef en main gauche et main droite appuyée sur le sceptre ; sur un coussin fleurdelisé reposent couronne et main de justice. De belle facture, le visage est bien dans la manière du maître, qui sait exprimer avec finesse la personnalité du souverain, sa bonté et sa bienveillance.

En 1780, le ministère des Affaires étrangères passa quant à lui commande au même artiste d’un portrait du comte de Vergennes assis à sa table de travail. Présenté au salon de 1781 sous le n° 150, il entra aussitôt dans la collection de peintures du ministre. Exceptionnelle par sa facture, cette œuvre l’est donc également  par sa provenance prestigieuse. Le ministère des Affaires étrangères commanda par ailleurs des répliques ovales  représentant le modèle en buste ; livrées entre 1789 et 1784, elles étaient destinées à des ambassades, à l’exception d’un exemplaire, qui devait décorer l’hôtel du ministère des Affaires étrangères à Versailles ; il s’agit de celui entré au château sous Louis-Philippe (MV 3979).

Eminente personnalité du règne de Louis XVI, le comte de Vergennes fut distingué à plusieurs reprises ; on le nomma secrétaire-commandeur puis grand aumônier des ordres du Roi, respectivement en 1774 et 1781. Le ministre joua un rôle de premier plan dans le conflit qui opposait George III à ses colonies d’Amérique, négociant avec Benjamin Franklin le premier « Traité franco-américain d’amitié et de commerce », signé le 6 février 1778. Cet accord marqua l’entrée en guerre de la France contre l’Angleterre.

On conserve encore le souvenir de ce serviteur de l’Etat dans l’appartement qu’il occupa jadis dans l’aile des Ministres nord du château de Versailles.

Gwenola Firmin, conservateur, chargée des peintures du XVIIIe siècle

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *