Protestantisme les grands courants chez les protestants

L’homme, sa Bible et Dieu : le protestantisme ignore le centralisme et la pensée unique. Prenez deux protestants et vous aurez souvent deux Églises…

Au XVIe siècle, on distingue quatre sensibilités : le calvinisme, issu de la prédication du réformateur français Calvin (1509-1564), le luthéranisme, fruit de la théologie de Luther, l’anglicanisme (voie moyenne entre catholicisme et calvinisme) et la mouvance anabaptiste et radicale, qui refuse de lier l’Église à l’État. Les grandes Églises ont développé  depuis le XIXe siècle des logiques œcuméniques. Elles ont produit des unions, des fédérations, et ont contribué à la mise en place de plates-formes comme l’Alliance évangélique universelle en 1846, puis le Conseil œcuménique des Églises (COE) en 1948. En France, la Fédération protestante de France regroupe 17 Églises ou unions d’Églises.

Mais ces logiques de regroupement sont contrecarrées aujourd’hui par la création de nouvelles Églises. On constate donc un équilibre instable entre, d’un côté, un protestantisme « établi «  de tendance luthérano-calviniste, plutôt réservé, intellectuel et libéral et, de l’autre, un protestantisrne  « évangélique », plus spontané, extraverti et beaucoup plus conservateur.

Les calvinistes et les luthériens

La première sensibilité,  qui rassemble une majorité de luthériens et de calvinistes, valorise l’œcuménisme,  les héritages et le dialogue avec le monde moderne, qu’il a contribué  à faire naître. Acceptant le divorce et l’avortement, il est ouvert aux femmes, qui peuvent devenir pasteurs : c’était le cas de 84 d’entre elles en 2004 au sein de l’Église réformée de France, la principale Église protestante française.

Élément moteur de l’œcuménisme institutionnel, ce protestantisme « établi »  reste un poumon du Conseil œcuménique des Églises.

On compte aujourd’hui 6o millions de luthériens, ou membres de la Confession d’Augsbourg, principalement en Allemagne et en Europe du Nord, et 260 000 en France (Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine et Église évangélique luthérienne de France). Les réformés presbytériens dans les pays anglo-saxons), environ 70 millions au niveau mondial, seraient particulièrement établis en Suisse, en Écosse, aux Pays-Bas et en France (l’Église réformée de France annonce ainsi entre 350 000 et 400 000 adhérents actifs). On peut aussi faire entrer dans ce groupe les anglicans (épiscopaliens. Aux États-Unis). Issue d’un conflit entre le pape Clément VII et le roi d’Angleterre Henri VIII, l’Église anglicane se dit à la fois catholique par son organisation centralisée (le roi est son chef) et réformée parce qu’elle suit la théologie calviniste. La communion anglicane compte environ 8o millions de membres et elle rassemble 37 Églises, dont l’Église d’Angleterre est l’Église mère.

Les évangéliques

Le courant évangélique est aujourd’hui la sensibilité chrétienne la plus dynamique, et touche en particulier les personnes les plus défavorisées, dans les pays industrialisés comme dans ceux en voie de développement.  Il recrute notamment au sein des Églises baptistes (né au XVIIe  siècle) et des courants de « réveil » qui secouent l’histoire protestante depuis le XVIIIE siècle (piétisme allemand, méthodisme anglais, Réveil de Genève). Il met l’accent sur l’évangélisation, la conversion et la confrontation des valeurs. Sa morale est conservatrice, proche de celle du magistère catholique sur la bioéthique, les questions de mœurs (régulation des naissances, avortement, mariage entre homosexuels) et le rôle de la femme, moins souvent appelée a prendre des responsabilités au sein de ces communautés que dans les courants luthériens ou réformés.

Ils ont aussi une lecture plus « littéraliste », voire fondamentaliste des textes bibliques.

Les « créationnistes »  américains, qui s’opposent à la théorie de l’évolution de Charles

Darwin et sont convaincus que le monde a été créé selon le récit de la Genèse, sont nombreux parmi les baptistes du sud des Etats-Unis.

Ces mouvements rencontrent un immense succès parce qu’ils offrent des repères simples et structurants, qu’ils sont accueillants et leurs communautés chaleureuses. Les chants entrainants et les danses font partie de la cérémonie, et ils insistent sur le rebond offert par la conversion, présentée comme une  « nouvelle naissance  (born again). Le courant évangélique représenterait aujourd’hui au moins 200 millions d’individus dans le monde.

Les pentecôtistesbible

Si l’on ajoute les mouvements pentecôtistes issus de la mouvance méthodiste de John Wesley, on atteint un nombre de 400 à 500 millions de fidèles. D’abord très implanté chez les Afro-Américains le pentecôtisme a déferlé sur l’Afrique noire où il concurrence le catholicisme et l’islam. Ce mouvement, de loin le plus important aujourd’hui dans le protestantisme fonde son identité sur l’expérience du Saint-Esprit, souvent appelée baptême de l’Esprit. Cette expérience unique de l’Esprit en soi se manifeste pour les pentecôtistes par le don de parler en langues. Il peut s’agir de parler dans une langue incompréhensible, inconnue de celui qui l’exprime ou plus souvent de dire une louange ou une prière qui n’utilise pas les mots d’une langue existante.

Le croyant est censé recevoir tous les dons exprimés dans les Actes des Apôtres ou les

Epîtres et particulièrement le don de prophétie ou le don de guérison. Le pentecôtisme

En a fait un argument de conversion. Le pentecôtisme se distingue des autres « familles »  évangéliques par l’importance qu’il accorde à l’autorité du ministère, afin d’éviter, notamment,  les dérapages liés à un mauvais usage des dons.

Les Mormons

Membres de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (créée en 1830), les mormons affirment être le fruit du rétablissement de l’Église originelle de Jésus-Christ. Regroupés derrière le prophète Joseph Smith (1805-1844}. Ils ont pour livre de référence le « livre des mormons ». Le nombre de fidèles fait de cette Eglise la quatrième religion des Etats-Unis. Elle compte 13 millions de membres au Canada et 36 000 en France.

Les institutions

Homme ou femme, chaque fidèles peut être ministre de Dieu. Dans les Églises protestantes, les pasteurs se marient, les docteurs enseignent à l’école du dimanche ou en université. Ces structures se retrouvent dans tous les courants.

Dans les Églises protestantes, chaque fidèle – quelle que soit sa fonction – est considéré comme un « ministre »  (du latin « serviteur »), terme qui s’applique aux hommes comme aux femmes.  Dans certains courants (luthériens. calvinistes) et contrairement à ce qui se passe dans les autres confessions chrétiennes, les femmes peuvent atteindre le plus haut niveau sacerdotal. On distingue, en général, les anciens, les docteurs, les diacres et les pasteurs.

Les anciens. Regroupés en conseil presbytéral ou consistoire, ces laïcs, élus, accompagnent et dirigent chaque ministre dans sa mission

Les pasteurs. En contact avec les fidèles, ils ont la charge de veiller au bon fonctionnement des divers ministères utiles à la communauté. Ils s’occupent plus précisément de la prédication, de l’administration des sacrements et de la catéchèse. L’Église réformée de France compte ainsi 368 pasteurs dont 28 couples.

Les docteurs. Ils enseignent au niveau local et national. Dans le premier cas, le ministère doctoral est l’œuvre des théologiens, des biblistes, des catéchètes et des moniteurs d’école du dimanche. Au niveau national,  les facultés de théologie ou des services de formation des laïcs prennent le relais.

Les diacres. Du grec diakonos (« serviteur »), ils sont appelés à s’occuper des plus démunis. Le ministère diaconal s’exerce localement, soit à travers des « institutions ou œuvres protestantes », soit dans le cadre de diaconats paroissiaux.

Source : Fabien Canal pour Le Point Novembre-décembre 2006 | Hors-série n° 11

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.