Saint-Valentin, évêque de Terni

Saint Valentin est célébré le 14 février

Avant que la fièvre des cadeaux de fin d’année s’estompe, dans les premières semaines de février, les vitrines des boutiques de luxe offrent déjà aux amoureux un nouveau prétexte pour déployer leur générosité réciproque. Bouquets de fleurs, boîtes de bonbons en forme de cœur, bijoux, surtout bagues précieuses ou simples alliances, promesses et gages d’amour sont proposés pour la Saint-

Valentin, jour des amoureux. Les clients peuvent choisir selon leurs moyens, l’ardeur de leurs sentiments et leur degré de soumission aux conventions sociales. Car les cadeaux de la Saint-

ValentinValentin, vendus même par correspondance et emprisonnés dans les mailles du devoir, ont progressivement perdu toute spontanéité.

Quel est alors le pouvoir magique de Valentin, évêque de Terni en Ombrie, la terre étrusque au centre de l’ltalie, pour qu’il soit promu au rang de Cupidon moderne?

Sa biographie ne permet pas de lui attribuer un destin si particulier. Prêtre de l’Église du Christ au milieu du IIIe siècle, il était particulièrement exposé aux risques de châtiments de la part du pouvoir romain hostile à la propagation de la nouvelle religion. Son dévouement aux souffrances des martyrs de la foi focalise sur lui les soupçons des dignitaires chargés de déraciner cette « secte secrète » qui, adoptée d’abord par les pauvres et les malheureux, s’infiltrait déjà dans les rangs des riches et des puissants, déstabilisant ainsi l’Empire romain.

Devant ses juges et ses geôliers, Valentin proclama haut et fort son attachement au Christ,  « fils de Dieu et Lumière du monde ». Asterios, le président de la cour, fut surpris par l’engagement et par la résolution de Valentin ; il fut surtout frappé par la comparaison de Jésus avec la Lumière, car l’une de ses filles était aveugle. C’est donc avec un secret espoir qu’il propose à Valentin un marché inattendu : les persécutions cesseraient s’il pouvait rendre la vue à la jeune fille. Valentin imposa les mains sur les yeux malades en priant de tout son cœur et, à la surprise générale, l’enfant d’Asterios recouvra la vue.

ValentinLa conversion fut massive, la répression aussi. Valentin, le promoteur des « troubles », fut décapité et son corps jeté en pâture aux charognards sur les bords de la voie Flaminienne. Apparemment rien, hormis sa noblesse de caractère, ne destinait Valentin au patronage des jeunes amoureux, si ce n’est que la date de sa fête correspondait à un ensemble de faits symboliques : le réveil progressif de la nature, la saison des amours pour les oiseaux, l’ancienne fête des Brandons, occasion de joyeuses retrouvailles des jeunes en dehors des rencontres surveillées des soirées d’hiver, qui se tenait vers la mi- février.

Il n’est donc pas hors de propos de supposer que cette fête des déclarations d’amour, instaurée, semble-t-il, au XVe siècle, serve à la formation des couples de jeunes gens, en vue des manifestations assez « libérées » qui accompagnent le carnaval, dont la date est toute proche.

A lire aussi : https://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/4463-aux-origines-de-la-saint-valentin.html

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse tout en espérant gagner un peu d'argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.