Silure le vorace

Une tête énorme, aplatie et massive ; une bouche large comme celle d’un crapaud, surmontée de deux gigantesques moustaches à faire pâlir d’envie un vieux soudard, un corps épais et gluant qui atteint et dépasse parfois 2 m : voilà les caractéristiques du silure d’Europe. Ce poisson gigantesque, le plus lourd des habitants d’eau douce (il pèse jusqu’à 200 kilo) vit surtout dans les affluents du Danube ; mais on le trouve plus loin encore, dans la mer caspienne, en Russie. La vase des grands  fonds obscurs, où l’eau trouble le cache à la vue des autres habitants du monde, est son milieu de prédilection. C’est un monde extraordinaire et merveilleux.

Au fond de son royaume visqueux, le silure repose tout le jour ; au crépuscule, régulièrement, comme si dans son corps une sonnerie l’avertissait, le voilà qui commence ses parties de chasse. Cet ogre des rivières s’aide de ses nageoires charnues pour fondre, silencieux et terrible, sur ses victimes. Il se gave de poissons de toutes sortes, d’oiseaux aquatiques et même de mammifères. Ces orgies, qui doivent calmer sa faim épouvantable, se prolongent jusqu’aux premières heures de l’aube. Enfin, son « horloge interne » sonne la fin de la ronde. Alors, le ventre plein, le géant du fleuve retourne s’allonger sur son lit de vase ; baignant dans l’eau trouble. Le silure d’Europe vient parfois dans le Doubs et se montre rarement dans le Rhin. Une espèce exotique, apparentée à ces poissons, peut émettre de puissantes décharges électriques.

fama-volat

une grand-mère qui s'amuse, certes, mais qui aime aussi partager ce qu'elle apprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.